00524387a_1300_159.jpg

Bladnoch


Bladnoch Distillery
Bladnoch,
Wigtownshire DG8 9AB
+44 1988 402 605

Propriétaire: David Prior

Date de création 1817


Bladnoch, la plus méridionale des distilleries d'Ecosse, était à l'origine une ferme, créée entre 1814 et 1817 par la famille McClelland. La famille est restée propriétaire de la distillerie jusqu'en 1871, date à laquelle elle fut cédée à la compagnie T&A McClelland & Co Ltd qui effectua des transformations en 1878.
Fermée à de nombreuses reprises à partir de 1930, elle est en sommeil depuis 1993.
Au cours des années 40, T&A McClelland passa sous contrôle du distillateur irlandais Dunville & Co de Belfast. Cette société ne rouvrit pas la distillerie mais la revendit après la guerre à Ross & Coulter qui la revendit à A.B. Grant qui rouvrit la distillerie sous le nom de Bladnoch Distillery Ltd en 1956. 
A.B. Grant fut rachetée en 1964 par Ian Fisher, actionnaire de McGown & Cameron de Glasgow. La distillerie passa encore dans les mains de Inver House Distillers Ltd entre 1973 et 1983 avant de fermer à nouveau pour 2 ans et d'être rachetée par Arthur Bell & Sons qui modernisa la distillerie. Le groupe fut englobé par Guiness qui racheta le groupe D.C.L. un an plus tard pour devenir la branche “distillation” qui fut rebaptisé en “United Distillers & Vintners”.
UDV ferma la distillerie en 1993 en même temps que BalmenachRosebank et Pittyvaich.
Elle fut rachetée un an plus tard par un entrepreneur en bâtiment irlandais, Raymond Armstrong. Un visitor center et un site internet ouverts en 1998 ont entretenu l'espoir de voir la distillerie rouvrir prochainement, pour le plus grand bonheur des nombreux amateurs de ce remarquable single malt des Lowlands.
La réouverture fut chose faite en 2000.
La production reste très limitée et se chiffre à environ 100.000 litres par an. 
La distillerie fut mise en sommeil en 2019 pour ressusciter à nouveau en 2015 suite au rachat par David Prior, un entrepreneur australien qui sut lui redonner une nouvelle vie.





Hommage à Raymond Armstrong.


Une visite à Bladnoch, une des seules distilleries encore en activité des Lowlands est une expérience inoubliable, surtout lorsqu'on a eu la chance d'avoir Raymond Armstrong comme guide.
Bladnoch est situé à la sortie de la petite ville de Wigtown. Un petit village avec son pub, ses quelques habitants, et sa distillerie qui était vouée à une fermeture définitive il y a quelques années. Heureusement, Raymond en a décidé autrement, contre vents en marées.

La distillerie représente pour le village beaucoup plus qu'une simple distillerie, puisque les anciennes aires de maltages ont été transformées en salle de spectacle. La distillerie fait réellement partie de la vie des habitants de ce village. 
Le soir de notre passage à Bladnoch, un film relatant une légende locale (dont j'ai oublié à la fois le nom et le sujet) était à l'affiche. La soirée allait s'achever une fête où une immense poupée en paille, symbolisant le héros du film allait être brûlée. Les photos ci-dessus montrent ce mannequin avant et après cette soirée.
Le même week-end, l'infatigable Raymond Armstrong avait organisé un cours destiné aux passionnés qui veulent en savoir plus sur la fabrication du whisky, où il avait entre autres invité John MacDougall, ancien directeur de diverses distilleries écossaises et non des moindres (Laphroaig, Springbank, Tomatin, etc...) C'est dire s'il y a de l'animation dans cette distillerie.

Mais la distillerie est cependant avant tout destinée à distiller du whisky. Quoiqu'au départ, Raymond Armstrong, entrepreneur en construction de Belfast, avait acquis Bladnoch pour la transformer en gîte de vacances pour touristes. Mais bien vite il se rendit compte de l'intérêt qu'il y avait à remettre en marche la distillerie. L'intérêt, mais aussi les difficultés. Son contrat avec Diageo stipulait que la production de whisky était exclue... De quoi Diageo avait-il peur? D'une reprise par un groupe concurrent? Du rachat de la distillerie par des Indiens ou des Japonais? Enfin, toujours est-il qu'il a fallu au nouveau propriétaire de la distillerie beaucoup de courage et de persuasion pour pouvoir reprendre l'activité. Activité cependant limitée contractuellement à 100.000 litres d'alcool pur par an.

Au-delà des aspects plus ou moins folkloriques ayant caractérisé la reprise d'activités de la distillerie, force est de constater que grâce à l'opiniâtreté de Raymond, une des dernières distilleries des Lowlands a été sauvée. Les whiskies des Lowlands sont bien souvent sous-estimées, à tort, par les amateurs de whisky qui leur préfèrent bien souvent ceux nettement plus typés de l'Ile d'Islay ou encore des Highlands du Nord. Whisky salés, maritimes, tourbés, alors que les Lowlands sont plus discrets et généralement moins spectaculaires.
Moins spectaculaires? Pas sûr. Pour s'en convaincre, il n'est que de goûter les quelques versions "brut de fût" de Bladnoch récemment mises sur le marché (les Sheep Labels 15 ou 16 ans).

Vraiment, le monde des amateurs de whisky doit une fière chandelle à cet entrepreneur Irlandais qui a su ressusciter une des meilleures distilleries des Lowlands, si ce n'est d'Ecosse.


00524174_1300_158.jpg