JM187069_1300_158.jpg

Springbank ( Officiel) - Longrow 14 years - 14 ans - 46%
2F: 81/100


Springbank Longrow 14 years

Embouteilleur:
Officiel
Age:
14 ans
Taux d'alcool:
46%
Détails bouteille:
Cote moyenne
81/100
(80,50)
Classe de prix:

Back

Jean-Michel

Bouteille ouverte à l'été 2006 (Coupe du monde de football : France-Suisse).
Couleur : Vieil or, comme un vieux meuble encaustiqué.
Nez : Charnel, animal. Il y'a de la tripaille dans ce whisky là, de l'andouille. Ca sent la bête. Bouche : L'attaque est lourde, grasse, liquoreuse, visqueuse. Cette suavité quasi écoeurante déçoit comme peut décevoir un Sauternes dont l'acidité n'équilibrerait pas la liqueure. Et puis l'explosion phénolique arrive. Grosse bouffée de goudron au sucre qui balaie tout sur son passage.
En conclusion, un whisky étrange, qui ne fait pas dans la dentelle, et qui ne peut pas laisser indifférent. Très loin du phénolique sec et tranchant de la majorité des Islay. Pour plagier une publicité célèbre : "C'est pas pour les gamins !". On peut préférer des choses plus délicates...
82/1002008

Dede

Couleur : Vieil or
Nez : Beaucoup plus doux que le Longrow CV, et nettement moins tourbé. La dominante est très douce, avec des arômes beurrés, de pommes au four et d'ananas au sirop aussi. Très suave et gras, presque écœurant (mais presque seulement). La tourbe se fait très discrète, sur de légères notes fumées, de cette même fumée un peu âcre que le CV mais en arrière-plan. A l'aération, l'ensemble gagne en animalité sans perdre de sa suavité (saindoux ?).
Bouche : A la fois grasse et amère. Poivrée, elle développe un goût tourbé étrange et végétal, m'évoquant un peu la punaise écrasée (pardon !) et le charbon. Plus tourbée en tout cas que le nez ne le laissait supposer, mais finalement assez monolithique.
Finale : Amère et de longueur moyenne, sur les fruits verts (pomme pas assez mûre) et cette tourbe particulière.
Conclusion : La bouche de ce Longrow évoque par certains aspects (ce « tourbé végétal ») le Talisker 30yo, en moins puissant et moins complexe. Malheureusement, ça n'est pas ce que j'avais préféré dans ce Talisker. Je préfère nettement son petit frère, le Longrow CV, plus fumé au nez et complexe en bouche, et qui plus est moins cher
79/1002009

Back

JM156607_1300_158.jpg