Ce soir, c'était ...

Il y a mille et une façons de boire le whisky. Comment préférez-vous boire le votre?

Modérateur : Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
niko
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 1538
Inscription : 18 févr. 2015, 08:29

Re: Ce soir, c'était ...

Message non lu par niko »

juju cassoulet a écrit : 13 nov. 2022, 10:30 Tu leur trouve une vraie différence par apport aux 2005 sherry ?
Je suis loin d'être un mètre étalon, je trouve effectivement qu'on est assez proche sur cet embouteillage, en plus vif comme le fait remarquer André :)
(D'ailleurs j'avais racheté la bouteille de Damien de cette référence, alors que je n'ai aimé aucun autre 2004, et surtout pas les SV)
Rhodanian connection.
Brieuc
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 1115
Inscription : 27 nov. 2015, 20:59

Re: Ce soir, c'était ...

Message non lu par Brieuc »

Le hasard de la vie fait que je me retrouve à Singapour pour une semaine : il est temps d'exaucer ce que j'appellerais presque un rêve de gosse. En tant qu'amateur de Caol Ila et en tant que lecteur assidu des commentaires de certains grands marabouts de la critique, il semble logique que j'ai toujours été frustré de ne pas pouvoir mettre mes pates sur un verre du rare mais ô combien excitant


Caol Ila 1982-2017 35yo, Cadenhead Small Batch for the Auld Alliance, 58.4%


Du coup disais-je, cette petite escale singapourienne me donne enfin l'occasion de passer par the Auld Alliance, dont la carte ferait forcément rêver beaucoup de monde ici. J'ajouterais d'ailleurs avant de commencer que pour la sélection (qui a franchement peu d'équivalents qualitatifs sur la planète je pense) les prix sont franchement corrects, en tout cas si on compare au coût moyen de la vie à Singapour, qui est lui globalement élevé.

La politique du bar de facturer linéairement le centilitre basé sur le prix de la bouteille complète est tout à fait respectable : pour vous donner une idée j'ai donc pû déguster 1.5cl pour ~25€, là où la bouteille en vaut ~1050 (au moment de sa sortie on était plutôt vers 800€, ce qui restait 2-2.5 fois plus cher que la moyenne des Caol 82-84 qui sortaient chez les IB à ce moment là, mais bon la critique avait été élogieuse).

Assez discuté, goûtons. Malheureusement je n'y étais pas seul et je n'avais pas énormément de temps donc les conditions de dégustation ne sont pas optimales, mais le whisky est suffisamment beau que pour quand même laisser belle impression dans ces circonstances.

Le nez est réconfortant, incomparablement plus intégré et fondu qu'un Caol Ila 2006 10yo pour Club Qing https://www.whiskybase.com/whiskies/whi ... la-2006-cq dégusté en parallèle. J'espère bien, vous allez me dire. Mais donc on a un nez peu tourbé plutôt axé meuble poli, vanille fraiche (pas dans le sens vanille d'un fût de bourbon très actif), fruité jaune et vernis, et tourbe fondue un peu cirée des vieux Caol. Joli mais pas totalement tétanisant non plus, ceci dit de nouveau les conditions de dégustation ne se prêtent pas à une analyse extensive. La bouche par contre vous frappe entre les deux yeux : pur c'est puissant, presque violent, après le nez en mode papy civilisé c'est une autre histoire : deux gouttes d'eau vont intégrer tout ça en un magnifique profil qui est clairement plus fruité que le Caol Ila moyen, même en ne prenant que ceux de ces années-là : mangue très clairement, touche de fruit rouge (framboise ?) mais également un côté dont je raffole à savoir une note muscatée sur la rose fraiche, le lychee, le lilas presque. L'intégration alcoolique devient vraiment parfaite. La finale est éternelle, typiquement Caol (encore un exemple du phénomène de la "finale ADN"), sur des notes indestructibles de bois flotté, de sable mouillé, de menthol, de cendres légères.

Bref, juste un excellent Caol Ila d'une très grande année, par un très grand embouteilleur, pour un très grand bar.


(92-)93/100


Je regrette forcément un peu de ne pas (/plus) avoir les nerfs pour mettre une somme pareille dans la bouteille complète, mais franchement ceux qui le font ne sont pas des idiots. C'est assez clair que même pour les Caol de cette époque-là, cet embouteillage joue dans la Ivy League. De là à ce qu'il soit deux à trois fois plus cher que ses comparses, c'est à vous de voir.

J'espère qu'on se recroisera, lui et moi !
Dernière modification par Brieuc le 17 nov. 2022, 13:03, modifié 1 fois.
cthulhu
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 3761
Inscription : 14 sept. 2011, 11:39

Re: Ce soir, c'était ...

Message non lu par cthulhu »

Ah! oui, il est terrible, celui-la.
"Une des rares choses qui procurent plus de satisfaction que goûter un grand whisky, c'est goûter un grand whisky que personne d'autre n'a goûté."

http://theoldmanofhuy.blogspot.com/
Like on facebook
canis lupus
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 19266
Inscription : 19 janv. 2008, 00:49

Re: Ce soir, c'était ...

Message non lu par canis lupus »

SimonOHA a écrit : 11 nov. 2022, 14:02
juujuu a écrit : 11 nov. 2022, 02:12 Merci à vous, les Simon, Canis et autres, de continuer à détailler vos dégusts. J'ai pris le mauvais pli de garder ça dans mes notes, je ne mets même plus à jour WB en détail car plus ça va et moins je suis objectif, du fait de certains défauts rédhibitoires pour moi. Mais grâce à vous et à tous ces gens qui continuent à détailler leurs ressentis je peux me conforter ou non dans mes achats !
:obscene-drinkingcheers:
C'est gentil, merci ! Tu devrais poster tes notes quand même, aucune note n'est objective et tu as le droit d'être plus sensible à certaines choses.
De base je fais ça pour moi et pour m'y retrouver avec tout ce que je goûte, et donc je double poste ici.
Bref, reposte !
Je ne peux qu'abonder dans le sens de SImon.
Y'a pas de complexe à avoir, il s'agit juste de partager son ressenti personnel sans chichi.
Image

Image

Ma whisky liste

Je mange trop gras, trop sucré, trop salé, mais qu'est-ce que je me régale !
Avatar de l’utilisateur
sagara-kun
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 1352
Inscription : 09 déc. 2013, 18:48

Re: Ce soir, c'était ...

Message non lu par sagara-kun »

Ce Caol Ila est génial !
Je me souviens la première fois que Natasha me l'a servi j'avais été scotché. Pour moi un des meilleurs Caol de cette période. Un des rares drams que j'ai commandé plusieurs fois.
Brieuc
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 1115
Inscription : 27 nov. 2015, 20:59

Re: Ce soir, c'était ...

Message non lu par Brieuc »

Cthulhu, Sagara, bien d'accord avec vous les gars au point que je n'ai qu'une frustration : ne pas avoir eu le temps de le reprendre un autre jour pour avoir le temps nécessaire de bien le décortiquer. Et frustré également que la ful bottle soit si chère parce que si ça ne l'était que ne serait-ce un peu moins je pourrais au moins me torturer à me poser la question :lol:

(Donc si quelqu'un veut me faire un cadeau à Noël surtout n'hésitez paaaaaaas m'sieurs dames :roll: )

Il y a quelque chose d'à la fois très excitant et très frustrant dans le fait de ne pas totalement avoir pu en profiter dans les meilleures conditions et de savoir qu'on ne retournera pas à Singapour avant un très long moment ... (et potentiellement même jamais, c'est peut être ça le pire - reste plus qu'à m'inventer un congrès à la con et faire passer ça en déplacement pro :roll: ). Je n'y étais que brièvement de passage et n'ai pas eu l'occasion de passer autant de temps à The Auld Alliance que je l'aurais voulu (et c'est tant mieux sinon je n'aurais peut-être pas quitté l'endroit :lol: )

En gros je ne rêve que de pouvoir le regouter un jour !

Mais le lendemain de cette dégustation j'ai quand même eu l'occasion de retourner à TAA durant une heure juste avant de reprendre l'avion, le temps de deux drams ... choix cornélien, énormément de drams tentant mais le temps que pour deux ... y a pas intérêt à se louper ... mais je peux vous dire que je n'ai pas perdu mon temps ;-) Compte-rendu à venir très bientôt.
cthulhu
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 3761
Inscription : 14 sept. 2011, 11:39

Re: Ce soir, c'était ...

Message non lu par cthulhu »

Pff! quel suspense.
"Une des rares choses qui procurent plus de satisfaction que goûter un grand whisky, c'est goûter un grand whisky que personne d'autre n'a goûté."

http://theoldmanofhuy.blogspot.com/
Like on facebook
SimonOHA
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 1332
Inscription : 07 févr. 2020, 11:55

Re: Ce soir, c'était ...

Message non lu par SimonOHA »

Hahaha ce teasing !
Jolie note, ça faisait longtemps qu'on ne t'avais plus lu !
Brieuc
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 1115
Inscription : 27 nov. 2015, 20:59

Re: Ce soir, c'était ...

Message non lu par Brieuc »

SimonOHA a écrit : 17 nov. 2022, 16:23 Hahaha ce teasing !
Jolie note, ça faisait longtemps qu'on ne t'avais plus lu !
Mon rythme n'est plus celui qu'il a été un temps (comme de nombreuses personnes qui campent ou ont campé ici au fil des années - quoique certains ne fatiguent pas !) mais je suis toujours en vie je vous rassure :mrgreen: ça fait plaisir en tout cas !
Brieuc
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 1115
Inscription : 27 nov. 2015, 20:59

Re: Ce soir, c'était ...

Message non lu par Brieuc »

Allez, chose promise chose due : retour donc ce mercredi à The Auld Alliance en sachant que j'ai une heure devant moi, il faut que je sois efficace, que je repère rapidement dans le menu une paire de trucs qui vont se livrer relativement vite et qui me font envie.

Je repense du coup à leurs embouteillages exclusifs "feuille de trèfle" de vieux Irish (il y a eu un Bushmills 88, un Bushmills 89, et un Cooley tourbé 91), je me rends donc à la page Irish. Et c'est là que je le vois. Ce truc que j'ai toujours été frustré de ne pas avoir acheté à sa sortie (en poussant bien via mes contacts j'aurais pu mettre mes pates sur une bouteille à prix de sortie, je me contenterai finalement de sa soeur de 1989 en bourbon qui ne devrait pas être dégueu pour autant) : cette petite légende moderne qu'est ce


Irish 1990-2018 28yo, Ten Years TWA, Sherry, 42.4%
https://www.whiskybase.com/whiskies/whisky/110358

Parmi les Irish sherry modernes de cette période il représente un peu à mon sens, du moins en termes de réputation, un des quatre points cardinaux des grosses grosses quilles avec (par exemple hein, liste non-officielle :mrgreen: ) le Redbreast 1991 25yo LMDW, le Teeling 1991 TWE 6838, et bien sûr le Maria Label. Les attentes sont donc hautes : elles ne seront pas déçues.

Superbe nez qui m'évoque directement un whisky que je connais très bien car j'en ai encore une bouteille ouverte, et j'insiste sur le fait que c'est un énorme compliment pour ce dernier (sur papier nettement moins prestigieux et moins onéreux) : l'Inchmurrin 2003 Sherry "Law" des Whiskynerds. La parenté est frappante, au début on pourrait confondre l'un pour l'autre. Maaaaaaais la nature est bien faite car le maître va bientôt réassoir sa supériorité : avec l'air, il le dépasse et gagne en profondeur sur le Noir de Noir de Tom Ford, la forêt noire, la framboise, la pastèque, la groseille, le fruit de la passion. Assez superbe, c'est lisible, expressif sans être explosif, et ça donne vraiment ce qu'on en attend avec néanmoins un profil très fruité rouge et noir, les tropicaux du distillat sont clairement au second plan. L'entrée de bouche est ma-gni-fique : le proof est juste délicieux, c'est du 42% cask strength et une fois de plus ça fait toute la différence. Je suis de plus en plus fan de ces degrés dans les 40 mais naturels, c'est fondamentalement différent de la même force en réduit concernant la concentration aromatique. Bref, cette attaque est vibrante, puissante et joueuse entre acidité assez haut perchée et légers tanins (oui oui) cacaotés comme un grand bourgogne, velours textural donc et puis, deux trois secondes après l'entrée, coup d'éclat aromatique absolument génial : pendant un instant fugace tout est à sa juste place, c'est les quelques premières notes de Kid A en bref, c'est l'extase, pivoine, rose ancienne, framboise, lychee, mangoustan, fraise des bois, splendide. Seul reproche c'est que la seconde partie de bouche, quoi que longue et délicieux en texture reste surtout axé sherry cacaoté et fruité mais le fruit tropical du distillat pourrait être plus présent et on n'a pas réellement une longue stabilité dans le temps de ce pur moment de grâce. Mais bon. Finale de grande fraîcheur et de longueur colossale pour 42°(à nouveau, c'est parce que ce sont des "vrais" degrés) où arrive le pamplemousse et la menthe ou le shiso en accompagnement de ce sherry d'école, très marqué certes mais de parfaite éducation. Le nez évolue sur les champignons et le sous bois par la suite.

Pour l'excellente facture de cet Irish très marqué par son fût j'aurais bien mis 93, mais l'instant magique qu'on cherche tous et qui arrive bel et bien ici en début de bouche fait que ça justifie

(93-)94

Et c'est sans scrupule que je le mets puisqu'à y regarder par la suite sur WB je vois que cette bouteille a tout autant excité les copains Elskling et Aphex :cool:

Dans ce genre de rares moments où on score aussi haut (pour info c'est mon 3ème 94 et je n'ai que 2 95 au-dessus), c'est toujours très intéressant de se forcer à se demander ce qui empêche d'aller encore plus haut. Pour moi ici la réponse est simple : l'équilibre entre fût et fruits tropicaux initiaux du distillat pourrait être plus balancé, ici les premiers l'emportent et ce sera trop pour certains. Ensuite, dans la même veine, la seconde partie de bouche pourrait être un peu plus évolutive. Enfin, certains trouveront le côté légèrement tannique/cacaoté comme un signe de boisé ostentatoire, ce qui n'est pas du tout mon cas.

Bref, c'est du lourd. C'est à la fois hyper excitant et légèrement déprimant quand une bouteille aussi intouchable est à la hauteur de son pédigree. Mais une autre conclusion à tirer également de cette dégustation ... c'est que l'Inchmurrin Law était et reste une p***** d'affaire dans un style proche des grands Irish sherry !!

Que déguster après ça ?
Je prends le risque de vouloir rester dans la même veine aromatique à priori, quitte à être décu et désservi par l'ordre de passage. J'ai de la chance, il n'en sera rien avec ce magnifique



Tomatin 1976-2012 36yo The Whiskyman, 49,3%
https://www.whiskybase.com/whiskies/whi ... -1976-twhm

Selon les bouteilles et les dégustateurs, ce Tomatin a parfois suscité des avis assez contrastés, certains le considérant parmi les meilleurs Tomatin 1976 là où d'autre pas du tout. Ça tombe bien, c'est (si ma mémoire est bonne) mon premier Tomatin 1976, je n'ai donc aucune base de comparaison. Si ce n'est bien sûr l'Irish qui vient de passer, qui met la barre très haut. J'attendais donc un dram également exotique et très facile d'accès mais moins marqué sherry : c'est ce que j'ai eu.

Concernant l'Irish j'ai dit que le nez était expressif sans être explosif. C'est pour faire le distinguo avec celui-ci, qui est vraiment explosif. Ça saute du verre. On est en plein marché des fruits exotiques dans un pays d'Amérique Latine ou d'Asie du Sud-Est encore un peu crasseux sur les bords, c'est décadent à souhait mais limite surmûri, "decaying". Durian et mangue en train de pourrir, cire chaude, cherimoya, massepain très puissant, camphre, cirage, encens, cacao, c'est HYPER ouvert, ça saute au visage. C'est incroyablement pommadé et onctueux, au nez : comment est-ce que ça peut donner cette impression ? Poivre exotique. Pu erh humide. Puis j'ai juste sur ma feuille "Asie rurale". Ça fait vraiment voyager ça, ça en dit long. Quel nez. Bouche superbe de présence qui commence sur l'ice tea pêche, enchaîne sur le camphre, l'orange aux épices, l'équilibre est idéal, il y a du bois mais c'est fragrant, moins de magie expansive au niveau aromatique qu'au nez mais on vole quand même sacrément haut. Délicieuse évolution sur le café au lait et la myrtille, ça bouge. Crème vanille, plus pâtissier. Bref l'attaque est moins magique que celle de l'Irish (et moins magique que le nez du Tomatin) mais c'est plus évolutif en bouche. A la déglutition on a un très joli kick durian-melon et beaucoup de fraîcheur qui revient, latte noisette à la Starbucks, mandarine, c'est assez stable et d'une grande propreté, peu boisé (plutôt moins que l'Irish qui l'était déjà honnêtement très peu à mon sens, mais était nettement plus sherry en revanche). A nouveau finale longuissime pour un dram sous les 50%. Deuxième attaque aussi réjouissante voire un peu plus, c'est vraiment aromatique et ça met le smile, sur ce thé très fruité, ce camphre, ce sol de forêt humide / pu erh, et ces fruits trop mûrs. Dram de très haut niveau qui n'aura absolument pas démérité, mais finalement pour des raisons assez différentes de l'Irish. Ici c'est le côté évident, exubérant, expansif et pommadé du nez qui porte l'ensemble. Seul l'arrière goût dix minutes après la sortie du bar est très légèrement plankish, mais c'est mineur, et à 36 ans ça peut se pardonner.

93


Moi content :angelic-flying:
Brieuc
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 1115
Inscription : 27 nov. 2015, 20:59

Re: Ce soir, c'était ...

Message non lu par Brieuc »

Et c'était mon 1111ème message, sans faire exprès en plus, mais l'occasion est belle !
Savoureur
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 5038
Inscription : 15 mai 2007, 14:02

Re: Ce soir, c'était ...

Message non lu par Savoureur »

En tout cas tu auras un souvenir pour toute ta vie :obscene-drinkingcheers:
cthulhu
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 3761
Inscription : 14 sept. 2011, 11:39

Re: Ce soir, c'était ...

Message non lu par cthulhu »

Brieuc a écrit : 17 nov. 2022, 17:16latte noisette à la Starbucks
Ca deguste des choses excellentes, mais ca a des references d'une vulgarite... :mrgreen:
"Une des rares choses qui procurent plus de satisfaction que goûter un grand whisky, c'est goûter un grand whisky que personne d'autre n'a goûté."

http://theoldmanofhuy.blogspot.com/
Like on facebook
Avatar de l’utilisateur
elskling
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 4264
Inscription : 14 sept. 2011, 16:16

Re: Ce soir, c'était ...

Message non lu par elskling »

Brieuc a écrit : 17 nov. 2022, 17:16

Irish 1990-2018 28yo, Ten Years TWA, Sherry, 42.4%
https://www.whiskybase.com/whiskies/whisky/110358
L'un des rares whiskies auquel j'ai collé un 95 (avec le Springbank 100 proof de Samaroli et le Glendronach 72 cask 713, c'est dire s'il est bien entouré). Certainement le meilleur des quatre Irish sherry de référence, s'il faut n'en choisir qu'un.

A mon sens, un whisky ultime. Un party killer, c'est à dire qu'il est (quasiment) impossible de servir quelque chose derrière, sans faire retomber l'ambiance. Je l'ai servi à de nombreuses reprises lors de soirées, l'effet est à peu près garanti.

Merci encore à Gérard qui avait réussi à me l'avoir à Limburg à l'époque! :obscene-drinkingcheers:

Pour l'anecdote, il est fascinant de constater comme sa couleur noire (le bouchon lui-même est noirci!) peut laisser croire que c'est un sherry monster très boisé, alors que c'est tout le contraire.

Seul regret pour cette bouteille que nous désignons souvent comme le "canotier", c'est qu'elle est très difficile à trouver, même aux enchères.
canis lupus
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 19266
Inscription : 19 janv. 2008, 00:49

Re: Ce soir, c'était ...

Message non lu par canis lupus »

Brieuc a écrit : 17 nov. 2022, 17:17 Et c'était mon 1111ème message, sans faire exprès en plus, mais l'occasion est belle !
T'aurais pu faire un effort pour le poster le 11 Novembre, quand même. Là, ça aurait été top moumoute.
Image

Image

Ma whisky liste

Je mange trop gras, trop sucré, trop salé, mais qu'est-ce que je me régale !
Répondre

Revenir à « Le whisky, c'est fait pour être bu. Comment buvez-vous le vôtre? »