Le spéculateur, le pigeon et l’amateur

Venez ici pour discuter de whisky et de distilleries, mais aussi de la distribution de celui-ci. Où achetez-vous votre whisky: caviste, grande surface, etc...

Modérateur : Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
pat gva
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 8002
Inscription : 14 févr. 2006, 22:54

Re: Le spéculateur, le pigeon et l’amateur

Message non lu par pat gva »

patagonia a écrit :
10 janv. 2020, 21:48
Von Barton a écrit :
10 janv. 2020, 20:07
Pour répondre un peu à au moins une partie de ta question :

« sommes nous des pigeons ? »

Et bien je répondrais : ben très certainement ! :lol:

Je pense qu’on est, moi y compris, tous un peu pigeon à différents niveaux ( je ne dis pas ça de façon péjorative !)
Du moment que tu as une passion, qui par définition joue sur les émotions, et non sur la logique, tu finiras à un moment ou à un autre par faire un achat sur une impulsion qui te feras payer trop cher, juste parce que les émotions prendront le dessus sur la logique !
Mais ça vaut pour quasiment toutes les passions... ( sauf peut être pour le naturisme... il n’y a besoin de rien pour courrir le cul a l’air dans la forêt... :lol: )
Je te rejoins en grande partie là-dessus Von Barton :lol:

Ensuite, la réponse à la question initiale est forcément personnelle et subjective. Hormis pour le spéculateur pur et dur qui sait ce qu'il fait, je ne pense pas que le pigeon désigné dans le post initial se considère comme tel. Même pour le spéculateur finalement : j'en ai vu assez peu qui ne faisaient que ça, un certain nombre va spéculer plus ou moins (en ne se considérant pas vraiment comme spéculateurs d'ailleurs) tout en gardant une bonne conscience en se disant que cela va servir à lui financer d'autres achats (avis pas forcément partagé par d'autres en ce qui concerne la bonne conscience et la légitimité de la démarche... Débat sans fin...).
Juste 2 anecdotes. Salvatore de lmdw qui voyait des acheteurs se bousculer au shop éphémère à un Live, regardait cette cohue un peu circonspect et a dit quelque chose de très juste : "eh, les gars, c'est que du whisky...".
Un vendeur de lmdw qui s'était fait insulter par des clients : entre les "voleurs, vous vendez tout trop cher !" et les "salauds, vous avez vendu à d'autres qu'à moi. Et les autres (forcément pas moi), ce sont tous d'odieux spéculateurs..." semblait sincèrement touché par ces invectives. Après tout, c'est aussi un passionné et il est aussi là pour faire son job.

Mon avis (forcément personnel et que d'autres ne partageront peut-être pas). Ce n'est effectivement que du whisky : un truc certes, de passionnés, mais qu'on paye sans doute tous objectivement trop cher, qui n'est pas une denrée de 1e nécessité, et qui va finir au fond de la cuvette des wc. Pour ce qui est de lmdw ou tout autre caviste, c'est aussi leur gagne pain, ils n'ont jamais prétendu être philantropes et faut bien qu'ils paient leurs charges, leurs employés et fassent des bénéfs. Ensuite, nous notre liberté, c'est de dire non et de ne pas acheter si l'on estime cela trop cher.
C'est juste une réalité économique pour les prix : offre/demande et tant qu'il en restera pour payer de plus en plus cher...
Je suis comme la plupart des gens : la limite est aussi celle de mes moyens financiers du moment. Pour ce qui est des règles que je m''impose : je refuse systématiquement d'acheter au second marché une bouteille qui vient de sortir sur laquelle le vendeur (particulier ou même caviste - cela existe) remarge de plusieurs dizaines de % ce qui est fréquent. Après tout, des bouteilles, il y en aura d'autres et ça ne va pas changer ma vie. Et l'argument avancé selon lequel, même au prix proposé, cela resterait un prix d'ami car il pourrait le revendre encore plus cher me laisse de marbre. J'ai du néanmoins déroger quelque fois à cette règle lorsque que quelqu'un m'avait récupéré une bouteille et m'avait demandé un peu plus que le prix payé : j'estimais que cela valait le service rendu et que j'aurais eu du mal à sourcer moi-même de manière plus efficace.
Autre principe personnel : si j'accepte ou propose de récupérer une bouteille pour des amis, perso, je ne fais aucun bénéf, même si je dois y consacrer du temps et des frais de transports (mais si ça me gonfle trop, je n'accepte pas bien évidemment :mrgreen: ). L'expérience prouve que c'est d'ailleurs souvent récompensé de toutes les façons par le partage d'un dram.
Très bonne analyse
Master Experimental Blender
Genève

Répondre

Revenir à « Le monde du whisky »