Page 2 sur 2

Re: Live 2007 - WHISKY PARADISE

Publié : 21 sept. 2007, 19:47
par antoine
corbuso a écrit :
antoine a écrit :Bande de veinards :cry:
Ne t'inquiète pas. On te fera part de nos impressions :-) On verra ce qu'Alexandre a sélectionner avec Giuseppe pour nous...
tu jamais tu veux pas tout le verre, je sais que tu as toujours des flacons sur toi.. :mrgreen:

Re: Live 2007 - WHISKY PARADISE

Publié : 22 sept. 2007, 09:13
par laphroaig c moi
Présent, mais pas à l'after, en sortant je file à l'anniversaire de mon frère...

Re: Live 2007 - WHISKY PARADISE

Publié : 24 sept. 2007, 12:22
par mikadisa
j'ai pris des super photos ... ahahaha ... je vais donc illustrer par des photos de whisky exchange et whiskyfun.


bon et bien c'était fort sympathique, very chouette ambiance et le forum était effectivement présent en force


dégustation de 4 superbes collectors provenants de chez Giuseppe :

Clynelish 5 ans - 75cl - 43% - début des années 70
Image

Glendronach 8 ans - 75 cl
Image

Caol Ila 15 ans - caraffe (Bulloch Lade Cetramic) - 75 cl - 43% -
Image

Pride of Strathspey - Distilled on 31st December 1938 - GORDON & MACPHAIL - VATTED MALT - 75cl - 40%
Image



le top, la tuerie devrais je dire, le Clynelish 5 ans. Au nez, il évoquait pour moi le Clynelish 33yo 1973 signatory #8914 ( chewing gum, cire, sucre, miel ) et en bouche très différent, épicé, fermier, fumé, ample, tourbé ... super de chez super. Je l'ai dégusté longtemps, il évoluait, un tout grand.
on imagine donc que pour produire celui ci, il a fallu du clynelish jeune de la nouvelle distillerie "mélangé" avec des fûts de l'ancienne (devenue Brora).

Le Glendro, était très bon lui aussi, très fruité, agrume/mangue, mais s'évanouissait vite fait

L'autre tuerie,
Le caol Ila, hyper facile à ouvrir, a dégagé à l'ouverture un fumet de cheminée éteinte qui a embaumé tout les alentours. Au nez, top, moi je lui trouvais de grands airs de Bowmore Duncan Taylor de la fin des sixties (pamplemousse, fruits confits), évoluant sur la fumée et la régilsse. superbe. Bouche : un délice fermier et fruité, j'ai pas noté tout mais c'était vraiment top quoi, finale très longue.

"l'exploit"
le truc de 1938. ben oui, maintenant je peux dire que j'ai bu un truc buvable distillé en 1938. ahahah.