Salon Maxi-Vins Strassen 17/11

Pour ceux qui veulent s'organiser des rencontres et dégustations... On a parfois la surprise de trouver des voisins sur un forum.

Modérateur : Modérateurs

Brieuc
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 986
Inscription : 27 nov. 2015, 20:59

Salon Maxi-Vins Strassen 17/11

Message non lu par Brieuc »

Petit compte-rendu d'un festival local cet après-midi, en 20 minutes top chrono, donc des notes qui, au contraire de mon habitude, sont assez courtes. Les notes sont à prendre avec des pincettes vu cet impératif de temps mais je pense avoir coté pour ce que ça vaut au minimum à mes yeux (dans le sens que j'y trouverais sans doute un point en plus à chacun avec davantage de temps).

Imperial 28yo 1989 ElD, 44,2%
https://www.whiskybase.com/whiskies/whi ... l-1989-eld
Je savais que j'aurais affaire à quelque chose de subtil donc je me suis dit que ça ferait un bon starter mais corollairement il a peut-être souffert de l'effet du premier dram. Il n'en reste pas moins que le nez, timide, propose quand même une large palette d'eaux-de-vie de fruits divers, plutôt jaunes, avec une touche de chlore, ce qui est à mon expérience assez typique des drams très fruités après un certain âge (notamment chez BenRiach). La bouche confirme cette suspicion et est une véritable tuerie, un paradis fruité sur la pomme au four, l'abricot et la banane flambée sans aucune agressivité avec du gras entre le beurre et la paraffine, d'autres notes minérales dans cette même veine cireuse qui apportent fraicheur et distinction, bref une parenté Clynelishienne très nette mais en plus confiturée. Bouche splendide, vraiment, et où le proof relativement bas est presque un atout. Finale dans la même veine avec une légère structure boisée. Irréprochable. Cher mais le meilleur dram en bouche de ce que j'ai gouté, sans souci. 90-91.

Balblair 1991 2018 OB, 46%
https://www.whiskybase.com/whiskies/whi ... blair-1991
J'adore Balblair pour son distillat intensément fruité et extrêmement résistant à l'oeuvre du bois et du temps. Celui-ci ne fait pas exception et présente au nez, comme nombre de ses confrères, un exotisme évident avec des poires en sirop, de la noix de coco et de la banane. Une opulence décomplexée et pas la moindre touche d'alcool, c'est ça qui est à chaque fois réjouissant avec Balblair. La bouche est similaire mais plus dynamique, avec une certaine nervosité boisée trahissant son âge mine de rien déjà avancé. "Simple pleasures" comme on dit ; moins poétique et complexe que l'Impérial ou même que le Balblair 30yo OB, mais potentiellement un bien meilleur rapport qualité/prix (et encore plus âge/prix) que ces deux-là. Undislikable à mes yeux. 88-89.

Glen Keith 24yo 1993 DD, 51,2%
https://www.whiskybase.com/whiskies/whi ... th-1993-dd
Je suis également très fan de Glen Keith quand c'est bien fait, c'est à dire quand le coté sucré ne tombe pas dans l'avalanche de sucre impalpable / glacage pour gateau, et qu'il n'y a pas non plus ce coté végétal et salé très étrange qu'on retrouve dans certains. Fort heureusement, ni l'un ni l'autre ne sont présents ici. Le nez est typique, avec ce coté glaçage blanc maitrisé et une belle corbeille de fruits blancs et de fraicheur végétale en miroir, le tout avec déjà une certaine rigueur alcooleuse mais sans excès. La bouche aussi est idiosyncratique, avec du dentifrice, de la citronelle, de très nombreux agrumes avec le citron vert en chef de file, un rien de lychee acide. A nouveau, l'alcool sert de colonne vertébrale et apporte un peu de sécheresse : ce n'est pas un de ces Glen Keith qui se vautre dans le sucré. Le coté typico-typique de vieux savon floral de grand-mère est là aussi, dans des proportions qui jouent avec la limite de l'exercice mais me plaisent néanmoins. Il ne lui manque qu'un rien de volume au niveau des fruits pour être vraiment top. 88-89.

Bowmore 20yo 1996 DL Old Particular, 51,5%
https://www.whiskybase.com/whiskies/whi ... re-1996-dl
Parfait équilibre de citron confit, de caoutchouc et de sel marin. On pourrait s'arrêter à ça, less is more comme credo. Bouche dans la même veine avec ce coté branches vertes absolument typique de ces années-là à ma connaissance. Tout est dans cette même veine linéaire, classique, millimétrique, irréprochable. L'alcool sert le profil à merveille. Le genre de dram très "2+2 = 4", où on se dit en le sentant, le buvant puis l'avalant "ben ouais, évidemment". 89

Clyenlish 22yo 1995 DD Sherry 56,7%
https://www.whiskybase.com/whiskies/whisky/117717
Il me tardait d'y gouter. A mes yeux, l'association Clynelish + Sherry, a fortiori first fill, a généré nettement plus d'échecs que de réussite et j'ai quasi systématiquement regretté que de nombreux make de l'excellente année 95 ait été enterré dans ce genre de fûts. Je n'attends qu'une chose : qu'on me fasse changer d'avis. Et ce fut le cas ! Au nez, d'abord un subtil mélange de mascarpone et de chèvre frais avant d'entrer dans une guirlande forestière avec champignons au premier plan. Original et relativement austère jusqu'ici. Pas de soufre détectable. La bouche est le véritable temps fort du dram, le sherry s'exprime tout en réussissant le prodige de conserver le coté waxy et sels de bains, mais en le parant de façon remarquable de fraise trop mûre voire de framboise, et d'un boisé (et alcool) parfaitement maitrisé. Quelle présence ! Conquis. La finale reprend à son compte l'ensemble des cotés sus-cités, aussi bien les notes forestières plus tertiaires que ce coté minéral et fruits rouges de la bouche. Pour l'exploit d'avoir réussi à changer mon avis sur les Clynelish sherry, je mets 90.

Balvenie 21 Portwood OB, 40%
Juste pour rire, en dernier dram. La dernière version en date, j'imagine. Ce qui est emmerdant c'est que même après tous ces drams nettement plus forts et caractériels que lui, le nez est quand même résolument beau. Impossible à ne pas aimer, il allie avec une douceur irrésistible poires et pèches pochées, ainsi qu'un coté marc de bourgogne, baies variées et fromage frais. Evidemment (et malheureusement), c'est en bouche que le bât blesse, le profil n'a plus du tout la même amplitude, c'est nettement trop aqueux tout en restant honnêtement sympa. Un truc très beau et très frustrant à rêver de tuer l'équipe réduction de la distillerie, dans la même veine que l'Aberfeldy 21 par exemple. 86-87

Fort agréable le tout dans le tout, merci de m'avoir lu ! :angelic-flying:
Dernière modification par Brieuc le 18 nov. 2018, 11:48, modifié 1 fois.

wisekycourse
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 2760
Inscription : 18 janv. 2016, 18:41

Re: Salon Maxi-Vins Strassen 17/11

Message non lu par wisekycourse »

c'est vrai que le balvenie a un bon nez qui se dissipe beaucoup en bouche!
par contre ,le clynelish ,une tuerie personnellement!!
et tertio,en 20',fallait vraiment être pressé!

Brieuc
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 986
Inscription : 27 nov. 2015, 20:59

Re: Salon Maxi-Vins Strassen 17/11

Message non lu par Brieuc »

wisekycourse a écrit :tertio,en 20',fallait vraiment être pressé!
Carrément ! Je me suis trompé sur l'heure de fermeture : plutôt qu'1h20 à disposition, j'avais ... 20 minutes ! Mais je me suis dit "challenge accepted" alors que ça faisait un bout de temps que je n'avais plus fait de dégustation à la chaine et je suis content de voir que j'ai pas perdu la main :lol:

Répondre

Revenir à « Rencontres et dégustations »